Global vacancies

ESG au Brésil : Les défis du marché du carbone et des prix de transfert

March 13, 2024

Sector: GSE

Les discussions sur les stratégies ESG sont de plus en plus fréquentes à l’échelle mondiale, et l’ESG au Brésil développe activement ses propres initiatives. La culture de la gouvernance environnementale, sociale et d’entreprise est un mouvement complexe et stratégique qui modifie la dynamique de l’économie mondiale et soulève une myriade de questions qui méritent d’être analysées avec soin.

L’ESG dans la législation brésilienne

Sur le plan législatif, la Chambre des représentants du Brésil a adopté la loi 2148/15, qui propose la réglementation du marché du carbone dans le pays et la mise en place du système brésilien d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre (SBCE), qui fixe des plafonds d’émission et établit un marché pour la vente de crédits. Pour l’instant, nous attendons que la proposition soit analysée et approuvée par le Sénat.

Outre la mise en place d’une réglementation sans précédent au Brésil, des initiatives de ce type influencent considérablement l’environnement commercial national, et pas seulement en ce qui concerne les aspects nationaux.

Rapport ESG au Brésil

Ce scénario est optimiste pour le Brésil et l’Amérique latine. Selon les informations contenues dans le Rapport sur l’investissement dans le monde 2023 de la CNUCED– United
Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, les investissements directs étrangers en Amérique latine et dans les Caraïbes ont augmenté de 51 %, atteignant 208 milliards de dollars en 2022. Au Brésil, l’augmentation a été de 70 % (86 milliards de dollars).

Selon le rapport, les investissements internationaux dans les secteurs et les activités liés aux objectifs de développement durable (ODD) – qui se rapportent aux objectifs de développement durable établis par les Nations unies – ont également augmenté en 2022, entraînant la croissance de projets dans les domaines de l’infrastructure, de l’énergie, de l’eau, de l’assainissement, des systèmes agricoles, de la santé et de l’éducation.

La structure du marché de la compensation carbone

Tout d’abord, la loi n° 2 148/2015 fixe une limite pour les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’entreprise. Ainsi, elle propose que les entreprises qui dépassent les niveaux de pollution doivent compenser leurs émissions en achetant des crédits, tandis que celles qui ne respectent pas les plafonds d’émission reçoivent des quotas échangeables sur le marché.

L’objectif est de créer des incitations de manière à réduire les émissions et, par conséquent, l’impact des entreprises sur le climat.

Dans un deuxième temps, le marché réglementé des crédits compensatoires et de la génération de crédits basés sur le niveau d’émissions de gaz à effet de serre, lié au SBCE, entre en jeu. La proposition suggère un système dans lequel les quotas d’émission brésiliens (CBE) et les certificats de réduction ou d’élimination vérifiée des émissions (CRVE) peuvent être échangés.

En ce qui concerne la réglementation, des études indiquent déjà qu’elle pourrait entraîner des changements économiques positifs : selon une étude de Banco BV (BV Bank), le marché réglementé du carbone pourrait générer 48 milliards de R$ par an pour le pays.

Défis

En plus d’encourager de nouvelles pratiques dans les opérations commerciales, la mise en œuvre d’un marché guidé par une vision ESG suscite des débats et des initiatives dans le domaine de la fiscalité des organisations. Ces dernières années, l’adoption de taxes sur le carbone au Brésil et leurs conséquences potentielles en termes économiques, financiers et sociaux ont fait l’objet de discussions.

Cependant, un point qui n’est pas toujours rappelé et qui entraîne des défis particuliers concerne les prix de transfert dans le contexte de marchés mondialisés ou même dans le transfert de biens et de services entre des entreprises d’un même groupe mais ayant leur siège dans des pays différents.

Outre l’exigence que le prix arbitré soit conforme aux réglementations de la RFB dans le cas des entreprises brésiliennes – correspondant aux piliers de la gouvernance d’entreprise et de la gouvernance fiscale – la nouvelle adoption d’indicateurs ESG influence la dynamique macroéconomique entre les pays/multinationales eux-mêmes.

Par conséquent, les aspects délicats liés aux prix de transfert dans une perspective ESG englobent tout, des coûts de la chaîne de valeur à une analyse plus détaillée des risques d’une entreprise et de ses actifs de transfert en ce qui concerne les pratiques durables d’un point de vue organisationnel.

Investissements durables

Enfin, au Brésil, le secteur de l’investissement est l’un des moteurs des pratiques ESG sur le marché. Des études récentes indiquent, par exemple, que les investisseurs brésiliens fondent également leurs décisions sur les informations ESG communiquées par les entreprises.

Il est donc devenu impératif pour les entreprises de prêter attention aux nouveaux paradigmes économiques qui s’orientent vers la durabilité, non seulement en termes de rhétorique, mais surtout pour rester attractives et compétitives sur des marchés où la durabilité n’est plus un objectif lointain.

Pour plus d’informations sur les activités commerciales au Brésil, cliquez ici.