Notre réseau mondial

Faire des affaires en Bahreïn

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

10 à 20 jours, mais cela peut prendre plus de temps pour certaines entreprises nécessitant un grand nombre d’approbations.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Le capital minimum versé est de 250 BHD et augmente en fonction des activités spécifiques choisies dans le cas de l’entreprise.

Comment puis-je obtenir un financement ?

Bien que le capital doive être apporté en espèces, il est facile d’obtenir des facilités bancaires. Bahreïn dispose d’un vaste secteur bancaire et compte plus de 400 institutions financières agréées, tant conventionnelles qu’islamiques. Bahreïn possède la plus forte concentration d’institutions financières islamiques de la région : 15 banques islamiques de gros et 6 banques islamiques de détail.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

La société à responsabilité limitée (ou son équivalent juridique) est la forme de société la plus courante. L’avantage de créer une entreprise sur l’île principale est que le commerce est autorisé dans tout le pays.

Bahreïn dispose également de zones franches (FTZ). Il s’agit notamment de

  1. Parc international d’investissement de Bahreïn (BIIP)
  2. Zone logistique de Bahreïn (BLZ)
  3. Aéroport international de Bahreïn (BIA)
  4. Port Sheikh Khalifa bin Salman (KBSP)
  5. Bahrain Investment Wharf (BIW).

La structure des sociétés de la zone franche de Bahreïn convient aux entreprises étrangères souhaitant exploiter une base de fabrication ou de distribution dont Bahreïn est la plaque tournante ou le centre régional et dont les activités sont menées en grande partie dans les régions du Moyen-Orient.

Il convient de noter que les exigences en matière de capital sont généralement plus élevées pour les entreprises des zones franches. Toutefois, la plupart des entreprises peuvent être détenues à 100 % par des étrangers, et les entreprises desservant la zone franche, y compris les importations et les exportations, ne sont soumises à aucun droit de douane. Les entreprises des zones franches peuvent bénéficier de remises sur l’électricité pendant les cinq premières années d’activité et de remises de 100 % sur les terrains dans les zones industrielles gouvernementales pendant les trois premières années.

Les documents requis sont les suivants :

(1) Certificat de constitution

(2) Projet d’acte constitutif.

(3) Résolution du conseil d’administration décidant d’établir la société à Bahreïn (pour les sociétés).

).

(4) Copies de la carte d’identité nationale (Registre central de la population (RCP)) des représentants de l’entreprise.

Si les associés ne sont pas présents eux-mêmes pour enregistrer la société, des copies des cartes d’identité de leurs avocats/autres représentants doivent être fournies.

(5) Contrat de bail comme preuve de l’adresse commerciale de l’entreprise.

(6) Dernier rapport financier audité des sociétés partenaires.

Les exigences spécifiques du règlement de la Banque centrale de Bahreïn s’appliquent aux institutions financières agréées et réglementées.

Quelle structure dois-je envisager ?

La société à responsabilité limitée et ses variantes à actionnaire unique est la forme de société la plus répandue.

Les structures disponibles dans le Royaume de Bahreïn sont les suivantes :

  • Bahrain Shareholding Company (B.S.C.) – une forme de société cotée en bourse
  • Bahrain Shareholding Company, (B.S.C) Fermé
  • Avec une société à responsabilité limitée (W.L.L.)
  • Établissement
  • Succursale d’une société étrangère
Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?

Il n’y a pas d’impôt sur les sociétés à Bahreïn, à l’exception du secteur du pétrole et du gaz. Il existe cependant une taxe sur la valeur ajoutée (TVA). A noter qu’en septembre 2021, le Conseil des ministres de Bahreïn a approuvé une augmentation du taux normal de TVA de 5 % à 10 % avec effet au 1er janvier 2022.

La loi sur le travail pour le secteur privé (loi n° 36 de 2012) (loi sur le travail) et ses amendements réglementent les relations de travail et s’appliquent à :

  • Bahreïniens et non-Bahreïniens employés à Bahreïn.
  • Les Bahreïnis travaillant à l’étranger si le contrat de travail est régi par le droit bahreïni.

Il est à noter que les employés bahreïniens paient 7 % de leur salaire et les employés non bahreïniens 1 % de leur salaire au titre des cotisations de sécurité sociale. Dans le cas de la sécurité sociale des employeurs, les paiements sont effectués à l’organisme de sécurité sociale pour le compte des employés :

  • Employés non bahreïniens : 3%.
  • Employés bahreïniens : 12%.

Enfin, il convient de noter qu’en mai 2021, un système de protection des salaires a été mis en place, obligeant les employeurs du secteur privé à payer les salaires des travailleurs par l’intermédiaire de banques et d’institutions financières à des dates précises :

  • Première étape : elle concerne les employeurs comptant au moins 500 salariés et débutera le 1er mai 2021.
  • Deuxième étape : elle concerne les employeurs de 50 à 499 salariés et débutera le 1er septembre 2021.
  • Troisième étape : Pour les employeurs de 1 à 49 salariés, cette phase débutera le 1er janvier 2022.
Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Selon le dernier classement annuel de la Banque mondiale, Bahreïn se classe au 43e rang des 190 économies en ce qui concerne la facilité de faire des affaires.

Bahreïn est la porte d’entrée naturelle du Golfe, avec un accès particulièrement favorable à l’Arabie saoudite, le plus grand marché et la plus grande économie de la région.

Les industries dominantes à Bahreïn sont les services financiers, le tourisme, la technologie, l’industrie manufacturière et la logistique.

Il n’y a pas de restrictions concernant les zones franches, la propriété étrangère est autorisée à 100 % pour la plupart des activités et les coûts d’exploitation sont en moyenne 30 % inférieurs à ceux des voisins régionaux. Il s’agit également d’une plaque tournante stratégique reliant

La population de Bahreïn est légèrement supérieure à 1,5 million d’habitants. 47,4 % sont des ressortissants bahreïnis, le reste étant constitué de travailleurs expatriés.

Le Bahreïn dispose d’une législation commerciale détaillée concernant les domaines suivants :

  • Interdiction et lutte contre le blanchiment de capitaux
  • Essais et métrologie
  • Protection des consommateurs
  • Protection des indications géographiques
  • Marques déposées
  • Brevets
  • Dessins industriels
  • Propriété intellectuelle

Les accords de libre-échange conclus par Bahreïn sont les suivants :

  1. Grande zone arabe de libre-échange (GAFTA) – La Grande zone arabe de libre-échange est une zone de libre-échange panarabe.
  2. Accord de libre-échange du CCG – Accord économique entre les États du CCG
  3. Accord commercial fédéral entre le CCG et Singapour (GSFTA) – L’accord commercial fédéral entre le CCG et Singapour (GSFTA) permet aux produits du CCG d’accéder au marché singapourien en franchise de droits.
  4. Accord CCG-AELE – L’accord de libre-échange entre le CCG et les États de l’AELE a été signé en juin 2009 et comprend 93 articles et 16 annexes couvrant le commerce des marchandises, le commerce des services, la concurrence, etc.
  5. Accord de libre-échange entre les États-Unis et le Bahreïn – Le Bahreïn est le premier membre du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et le troisième pays arabe à conclure un accord de libre-échange avec les États-Unis.

Le Bahreïn est également signataire de l’accord de normalisation Bahreïn-Israël, qui vise à normaliser les relations diplomatiques et autres entre le Bahreïn et Israël.

Nos entreprises en Bahreïn
Voir le guide de la TVA
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

shipping disruptions affecting global supply chains

Les perturbations du transport maritime affectent les chaînes d’approvisionnement mondiales

Theo Theodoulou, président du groupe d’audit mondial de Kreston, explore les ramifications des perturbations du transport maritime sur les entreprises, en particulier dans les secteurs de la vente au détail, de l’automobile et de la mode, dans le cadre du magazine AAT.

resurrecting a dissolved company

Ressusciter une société dissoute

La reprise d’une entreprise dissoute soulève plusieurs questions complexes, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

James Hopkirk, associé en charge de la restructuration chez Kreston Reeves, propose un examen détaillé de ces défis dans son article pour AAT Magazine.

AI in external auditing

L’IA dans l’audit externe

L’IA dans le domaine de l’audit externe améliore considérablement l’efficience et l’efficacité des processus d’audit. Ricardo Gameroff discute de l’impact de l’intelligence artificielle dans le domaine avec Accountancy Daily.