Notre réseau mondial

Faire des affaires en Suisse

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

Dans un délai de 2 semaines.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Le capital social de la Sàrl (au moins 20 000 CHF) et le capital social de la SA (au moins 50 000 CHF) doivent être versés sur un compte bloqué auprès d’une banque suisse au moment de la création de la société. L’argent est bloqué jusqu’à ce que la société soit inscrite au registre du commerce. Pour pouvoir retirer à nouveau l’argent du compte bloqué, il faut présenter à la banque une copie de l’extrait du registre du commerce.

Comment puis-je obtenir un financement ?

L’investisseur doit apporter la totalité du capital.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?
Participations à la société anonyme :

Les actions peuvent marquer des points grâce à leur faible valeur nominale par action, qui peut être, par exemple, d’un centime seulement. En outre, la vente d’actions est beaucoup plus facile que la vente d’actions ordinaires.

Participations à une GmbH :

Les parts ordinaires d’une Sàrl, en revanche, doivent avoir une valeur nominale d’au moins 100 francs suisses. Un autre inconvénient des actions ordinaires est que les actionnaires sont inscrits au registre du commerce avec leur nom et leur domicile. Les actionnaires d’une société anonyme bénéficient ici d’un plus grand anonymat, puisque, par exemple, les détenteurs d’actions nominatives ne doivent généralement être inscrits que dans le registre des actions de la société, c’est-à-dire que le statut d’actionnaire n’est pas public.

Quelle structure dois-je envisager ?

Le paysage suisse des entreprises est principalement dominé par les entreprises individuelles, les sociétés anonymes et les sociétés à responsabilité limitée. L’entreprise individuelle est une forme juridique très populaire car elle peut être créée rapidement et facilement. Toutefois, le propriétaire n’est pas seulement responsable des biens de l’entreprise, mais aussi de tous ses biens privés. Les sociétés anonymes et les sociétés à responsabilité limitée offrent une plus grande sécurité, car la responsabilité est limitée au capital social. Toutefois, il existe de nombreuses différences entre ces deux formes juridiques, que nous souhaitons expliquer dans cet article.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?

En Suisse, les salaires sont négociés sur une base individuelle ou collective. Les négociations collectives sont menées par les partenaires sociaux (syndicats et associations d’employeurs) pour l’ensemble d’un secteur ou pour des entreprises spécifiques. Les conditions de travail et les salaires sont donc convenus conjointement dans une convention collective de travail (CCT) contenant des dispositions sur les niveaux de salaire minimum, le maintien des paiements de salaire, les vacances, les heures de travail et la cessation d’emploi.

Les particuliers doivent payer des impôts sur leurs revenus et leur patrimoine.

Assurance maladie obligatoire :

Les ressortissants étrangers doivent s’assurer pour eux-mêmes et pour leur famille auprès d’une caisse maladie suisse au plus tard trois mois après leur arrivée ou le début de leur travail en Suisse. Les frontaliers domiciliés dans certains États de l’UE ont la possibilité de s’assurer dans leur pays de résidence plutôt qu’en Suisse.

Assurance accident sur le lieu de travail :

Si vous travaillez huit heures ou plus par semaine, vous êtes couvert contre les accidents par votre employeur.

Assurance vieillesse, survivants et invalidité :

Les personnes qui vivent ou travaillent en Suisse doivent être assurées auprès de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) et de l’assurance-invalidité (AI).
Les salariés qui gagnent plus d’un certain revenu doivent s’assurer auprès d’une institution de prévoyance (fonds de pension ou institution de libre passage). Les travailleurs indépendants peuvent s’affilier volontairement à un fonds de pension.

Ce qu’il faut faire en cas de chômage :

Si vous êtes à la recherche d’un emploi ou si vous perdez votre emploi, vous devez vous inscrire auprès du centre régional de chômage (RAV). Si vous résidez à l’étranger et travaillez en Suisse, vous percevrez vos indemnités de chômage dans votre pays de résidence.

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Dans le cas d’une société par actions :

L’exclusion d’une AG n’est possible que si l’actionnaire ne remplit pas correctement ses obligations de contribution (= paiement du capital social).

Dans le cas d’une GmbH :

Dans une SARL, les associés peuvent être exclus de la société sous certaines conditions et pour des raisons importantes. En outre, d’autres motifs d’exclusion peuvent être inscrits dans les statuts. Ce champ d’application élargi représente clairement un avantage par rapport à l’AG.

Dans la pratique du conseil, il arrive souvent que les fondateurs choisissent une GmbH ou une AG en fonction de leur capital initial. Les options statutaires sont rarement prises en compte.

La Suisse est le centre d’affaires le plus compétitif au monde. Il existe donc de nombreuses bonnes raisons d’établir son entreprise en Suisse :

– Dans le Global Talent Competitiveness Index de l’INSEAD, la Suisse occupe la première place.
– Les choix les plus courants sont la société à responsabilité limitée, la société par actions ou les succursales d’une société étrangère.
– Venez en Suisse pour l’innovation et la technologie, un système économique libéral, la stabilité politique, des liens étroits avec les marchés étrangers, d’excellents systèmes d’éducation et de santé, une infrastructure remarquable et un niveau de vie élevé.

Nos entreprises en Suisse
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

Luxembourg new firm

Un cabinet luxembourgeois rejoint le réseau Kreston Global

Kreston Global a accueilli aujourd’hui le cabinet luxembourgeois Global Osiris Audit & Expertise au sein du réseau Kreston Global.

resurrecting a dissolved company

Ressusciter une société dissoute

La reprise d’une entreprise dissoute soulève plusieurs questions complexes, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

James Hopkirk, associé en charge de la restructuration chez Kreston Reeves, propose un examen détaillé de ces défis dans son article pour AAT Magazine.

S’installer et investir en Andorre webinaire

Kreston Iberaudit organise un webinaire sur l’installation et l’investissement en Andorre le 22 février 2024 à 11h00 (heure du Royaume-Uni).