Notre réseau mondial

Faire des affaires en Kenya

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

15 – 30 jours

Quel est l'investissement minimum requis ?

L’investissement dépend de la taille du projet et du modèle d’entreprise.

Comment puis-je obtenir un financement ?

L’investisseur financera la totalité de l’investissement en capital

Lorsqu’il y a des investisseurs locaux, ils peuvent apporter un certain pourcentage en tant que capital social.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

À l’exception de certaines distinctions spécifiques, telles que décrites dans les différentes lois et réglementations, l’effet de la création d’une société kenyane par rapport à une succursale d’une société étrangère ne diffère pas considérablement d’un point de vue juridique kenyan. Tous deux disposent de pouvoirs similaires pour opérer dans le pays.

Il est toutefois prudent pour les investisseurs de vérifier s’il y a un changement prévu avant de choisir le modèle d’entreprise.

Quelle structure dois-je envisager ?

Voici les options disponibles en fonction des différentes réglementations gouvernementales :

Sociétés à responsabilité limitée

– La forme la plus courante de véhicule commercial au Kenya est la société privée à responsabilité limitée.
– Il n’y a pas d’exigences minimales ou maximales en matière de capital social.
– Pour une société à responsabilité limitée, il n’y a pas d’obligation légale de capital social maximum ou minimum.
– Le capital social nominal initial d’une société enregistrée ou devant être enregistrée avec une responsabilité limitée est exonéré du droit de timbre.
– L’investisseur devra payer des frais de constitution qui varieront en fonction du montant du capital social à souscrire.

Succursale d’une société étrangère

– Les entreprises étrangères peuvent s’établir au Kenya en tant que succursales de sociétés étrangères, bien que les succursales de sociétés étrangères soient soumises à l’impôt sur les sociétés au taux de 37,5 % si elles exercent des activités commerciales. En comparaison, les entreprises kenyanes paient un impôt sur les sociétés au taux de 30 %.
– La loi sur les sociétés contient de nombreuses exigences en matière de divulgation et de conformité pour les sociétés constituées en dehors du Kenya qui souhaitent enregistrer une succursale ou un bureau de représentation pour exercer leurs activités au Kenya.
– Une société étrangère qui établit un établissement au Kenya doit déposer certains documents et informations auprès du bureau d’enregistrement dans les 30 jours suivant l’établissement d’un établissement au Kenya.
– Une succursale d’une société étrangère est tenue de déposer chaque année ses comptes auprès du greffier, en même temps que ceux de la société mère, sauf si elle a été constituée dans le Commonwealth, auquel cas elle est exemptée de l’obligation de déposer son bilan et son compte de profits et pertes.
– Toute modification des coordonnées de la succursale d’une société étrangère doit être notifiée au greffier dans un délai de 60 jours.
– Les autres obligations légales, notamment NHIF, PAYE et TVA, sont conformes à la réglementation en vigueur au Kenya.

Société à responsabilité limitée par garantie

– Il s’agit d’une “entreprise à but non lucratif” ou d’une “entreprise caritative”. Les parties concernées ne retirent pas les bénéfices de l’entreprise comme peuvent le faire les actionnaires dans une société anonyme.
– Tout bénéfice réalisé par l’entreprise est réutilisé pour le bien de l’entreprise.
– L’entreprise a des membres qui agissent en tant que garants. Cela signifie qu’il permet à l’entité d’avoir des membres multiples.
– Les membres et les directeurs sont tenus de se soumettre à un contrôle du National Intelligence Service (NIS). Lorsque le contrôle est terminé, le processus d’enregistrement peut commencer.

Partenariats

Il existe trois types distincts de sociétés de personnes au Kenya : les sociétés en nom collectif, les sociétés en commandite et les sociétés à responsabilité limitée.

Partenariats généraux

– Il s’agit des modèles de partenariat traditionnels dans lesquels chaque partenaire a une responsabilité illimitée.
– ce sont les associés qui ont la responsabilité générale des affaires de la société.

Sociétés en commandite

– Pour qu’une société en commandite existe, il faut qu’il y ait un ou plusieurs commandités, chacun ayant une responsabilité et des droits illimités ;
– un ou plusieurs commanditaires enregistrés, chacun ayant une responsabilité limitée.

Société à responsabilité limitée (LLP)

– Elle combine certaines des caractéristiques d’une société de personnes traditionnelle avec les avantages de la responsabilité limitée normalement associés à une société.
– Lorsqu’elle est enregistrée en vertu de la loi sur la LLP, une LLP devient une personne morale avec une succession perpétuelle et une personnalité juridique distincte de celle de ses partenaires.
– Une LLP doit avoir au moins deux (2) associés.
– Dans tous les cas, les relations entre les partenaires sont régies par un acte de partenariat.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?

– Lors de la création de la société, le gouvernement du Kenya exige que la société s’enregistre auprès du Kenya Revenue Authority (KRA) PIN, du National Social Security Fund (NSSF) et du National Hospital Insurance Fund (NHIF). Cela permettra à l’employeur de soumettre les impôts PAYE de ses employés, les déductions NSSF et NHIF. Toutes ces activités sont régies par la loi sur l’emploi, la loi sur l’impôt sur le revenu, la loi sur le NHIF et la loi sur le NSSF.
o La date d’échéance pour la soumission des données PAYE est le 9 de chaque mois.
o La date de soumission au NHIF est le 9 de chaque mois.
o Les cotisations au FNPSS sont dues le 15 de chaque mois.
– Une entreprise peut choisir d’employer un comptable ou d’externaliser des sociétés de comptabilité ou de ressources humaines qui fournissent ces services.

Les régimes de rémunération diffèrent d’une entreprise à l’autre et dépendent de l’accord conclu entre l’employeur et l’employé. Il peut s’agir d’un salaire de base, d’une indemnité de logement, d’une indemnité de déplacement, d’une couverture médicale, etc.

En outre, une entreprise est tenue d’acquitter les taxes suivantes :

  • TVA à 16 % au plus tard le20 dechaque mois sur le portail iTax en utilisant le système de gestion des factures fiscales (TIMS).
  • L’impôt sur le revenu est de 30 % pour les sociétés résidentes et de 37,5 % pour les sociétés non résidentes.

 

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Outre les exigences obligatoires susmentionnées, une entreprise doit disposer des éléments suivants :

– Permis d’exploitation exigé par les règlements du gouvernement du comté.
– D’autres permis/certificats d’exploitation peuvent être exigés en fonction du secteur et de la spécialisation de l’entreprise.

Il est également prudent d’entreprendre une étude de faisabilité pour le type d’entreprise, la région où l’entreprise sera située et de comprendre les besoins du marché cible.

Les entreprises sont tenues de déposer une déclaration annuelle auprès du Registre des entreprises sur une base annuelle. C’est le secrétaire général qui s’en charge.

 

Nos entreprises en Kenya
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

shipping disruptions affecting global supply chains

Les perturbations du transport maritime affectent les chaînes d’approvisionnement mondiales

Theo Theodoulou, président du groupe d’audit mondial de Kreston, explore les ramifications des perturbations du transport maritime sur les entreprises, en particulier dans les secteurs de la vente au détail, de l’automobile et de la mode, dans le cadre du magazine AAT.

resurrecting a dissolved company

Ressusciter une société dissoute

La reprise d’une entreprise dissoute soulève plusieurs questions complexes, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

James Hopkirk, associé en charge de la restructuration chez Kreston Reeves, propose un examen détaillé de ces défis dans son article pour AAT Magazine.

AI in external auditing

L’IA dans l’audit externe

L’IA dans le domaine de l’audit externe améliore considérablement l’efficience et l’efficacité des processus d’audit. Ricardo Gameroff discute de l’impact de l’intelligence artificielle dans le domaine avec Accountancy Daily.