Notre réseau mondial

Faire des affaires en Autriche

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

Le processus de création d’une entreprise dépend de la forme juridique.

En moyenne, il faut entre un et deux mois pour créer une entreprise en Autriche.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Société à responsabilité limitée (“GmbH”) : Capital social minimum de 35 000 euros (17 500 euros versés en espèces)*.

*Privilège de fondation : Pour les sociétés à responsabilité limitée nouvellement créées, il est possible d’avoir un capital social minimum de 10 000 euros (5 000 euros payés en espèces). Dans un délai de 10 ans, le capital social doit être porté à 35 000 euros.

Société anonyme (“AG”) : Capital social minimum de 70 000 euros. (au moins 25 % versés à la création).

Partenariats : aucun investissement minimum n’est nécessaire.

Comment puis-je obtenir un financement ?

Instruments de dette : Prêts de banques et d’autres tiers ou prêts d’actionnaires.

Instruments de capitaux propres : contributions des actionnaires ou des sociétés de capital-investissement/business angels

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

Les sociétés et les établissements de sociétés étrangères doivent être enregistrés au registre du commerce autrichien.

Les actes constitutifs des sociétés à responsabilité limitée et des sociétés anonymes doivent être certifiés par un notaire.

Les établissements et les sociétés à responsabilité limitée doivent déposer au registre du commerce autrichien leurs comptes annuels établis conformément au code du commerce autrichien (UGB) et en langue allemande.

Quelle structure dois-je envisager ?

Le plus courant : la société à responsabilité limitée (“GmbH”).

Les établissements (de sociétés étrangères) sont soumis à des obligations fiscales et déclaratives au moins équivalentes à celles des sociétés à responsabilité limitée.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?

Localisation :

Située au cœur de l’Europe, aux portes de l’Europe du Sud-Est, dotée d’une structure politique stable et d’une fiscalité attrayante pour les groupes, l’Autriche est un site attractif pour les sièges régionaux d’entreprises étrangères. Les distances entre les grandes villes sont très courtes. L’infrastructure des transports publics et privés est parfaite dans tout le pays.

Paie/RH :

Impôt sur le revenu des personnes physiques/impôt sur les salaires : De 0 % à 55 %, progressif.

Les taux actuels de la sécurité sociale (y compris l’assurance maladie, l’assurance accident, l’assurance chômage et l’assurance pension) sont les suivants :

18,12 % du salaire brut de l’employé

21,23 % du salaire brut pour l’employeur

Les salaires sont soumis à des impôts et des taxes supplémentaires pour les employeurs :

Contribution de l’employeur au Fonds d’indemnisation des familles :
3,9 % de la masse salariale (salaires bruts).

Supplément de contribution de l’employeur :
Les pourcentages varient entre 0,34% et 0,42% de la masse salariale.

Taxe municipale :
3 % de la masse salariale.

Contributions aux fonds de pension des employés :
1,53% de la masse salariale pour tous les types d’emploi

Fiscalité / Réglementation / Reporting :

Taux actuel de l’impôt sur les sociétés (IS) en Autriche : 25 % (qui sera ramené à 24 % au 1er janvier 2023 et à 23 % au 1er janvier 2024).

Les reports de pertes fiscales ne sont pas limités. L’imputation sur les bénéfices imposables est limitée à 75 % du revenu imposable.

Tous les établissements permanents de sociétés étrangères sont soumis à un impôt sur le revenu de 25 % des bénéfices de l’établissement stable.

Comptes des sociétés à responsabilité limitée : l’audit est obligatoire si les états financiers individuels font état de revenus > € 10m et/ou d’actifs bruts > €5m et/ou si la société compte plus de 50 employés (2 des 3 critères doivent être remplis). En outre, tous les états financiers des groupes doivent être contrôlés et toutes les sociétés anonymes doivent faire l’objet d’un audit.

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Le régime autrichien d’imposition des groupes permet l’utilisation transfrontalière des pertes (de filiales étrangères de pays de l’UE ou de pays pratiquant l’échange d’informations conformément à l’art. 26 du modèle de convention fiscale de l’OCDE). Les pertes (au prorata du quota de participation) des filiales non autrichiennes (remplissant les critères susmentionnés) peuvent être utilisées pour compenser les bénéfices imposables de la société mère autrichienne si cette dernière détient plus de 50 % des actions et des droits de vote de la filiale. Si des pertes sont compensées ultérieurement dans la filiale étrangère, elles doivent être ajoutées au bénéfice autrichien de l’année concernée.

En outre, les entreprises autrichiennes peuvent demander une bonification de 14 % de leurs dépenses de recherche et de développement.

Nos entreprises en Autriche
Voir le guide de la TVA
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

resurrecting a dissolved company

Ressusciter une société dissoute

La reprise d’une entreprise dissoute soulève plusieurs questions complexes, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

James Hopkirk, associé en charge de la restructuration chez Kreston Reeves, propose un examen détaillé de ces défis dans son article pour AAT Magazine.

S’installer et investir en Andorre webinaire

Kreston Iberaudit organise un webinaire sur l’installation et l’investissement en Andorre le 22 février 2024 à 11h00 (heure du Royaume-Uni).

Un guide pour créer une entreprise en Pologne

Un guide sur la création d’entreprise en Pologne est la dernière publication produite par un cabinet du réseau Kreston Global pour aider les clients qui souhaitent créer une entreprise dans le pays.