Notre réseau mondial

Faire des affaires en Belgique

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

La création d’une entreprise est assez facile et peut être réalisée en moins de deux semaines.

La création d’une succursale officielle (d’une société non belge) prend généralement plus de temps, car les formalités à remplir sont plus nombreuses. Cela peut prendre entre un et deux mois.

Veuillez noter que les contributions en nature (par exemple, les biens immobiliers…) peuvent ralentir le processus étant donné qu’un rapport d’évaluation vérifié est requis.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Pour les établissements et les sociétés à responsabilité limitée, il n’existe pas d’exigences minimales en matière de fonds propres. En théorie, ils peuvent être lancés avec une contribution de 1 EUR. Toutefois, il est important de noter qu’en dehors des apports des actionnaires, la société doit disposer de ressources suffisantes pour démarrer et maintenir ses activités. Ces ressources peuvent être des prêts, des revenus provenant de l’activité opérationnelle, etc.

Par conséquent, la cotisation minimale dépend principalement de l’activité que vous souhaitez entreprendre. Le plan financier est un élément clé pour vérifier si vos contributions sont suffisantes ou non et pour évaluer la responsabilité du fondateur en cas de problème.

Pour les sociétés anonymes, il existe des exigences minimales en matière de fonds propres. Ils exigent un capital de départ minimum de 61 500 EUR, qui doit être entièrement libéré. En outre, un quart des apports en numéraire ou en nature, représentés par les actions, doit être entièrement libéré lors de la constitution.

Comment puis-je obtenir un financement ?

Le financement des activités peut être obtenu en acceptant des contributions en capital. La Belgique dispose d’un vaste réseau de sociétés d’investissement et d’investisseurs providentiels.

Les activités peuvent également être financées par des instruments d’emprunt tels que des prêts accordés par des actionnaires ou des tiers. En outre, les initiatives de crowdfunding pour lancer vos campagnes de crowdfunding.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

La création de la plupart des sociétés (telles que les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés anonymes) nécessite les formalités suivantes :

– En cas d’apport en numéraire, l’apport doit être effectué sur un compte qui reste bloqué jusqu’à la constitution de la société. Lors de la constitution, le notaire vous remettra un document vous permettant de demander la libération de votre compte bancaire.
– En cas d’apport en nature, un rapport d’évaluation vérifié est nécessaire pour effectuer cet apport.
– Un plan financier est nécessaire avant la création d’une entreprise. C’est entre autres ce qui permet d’évaluer la responsabilité du fondateur en cas de faillite de l’entreprise au cours des premières années suivant sa constitution.
– Enfin, un acte notarié est nécessaire pour créer la société. Ensuite, le notaire prendra les mesures nécessaires pour que l’acte de constitution soit publié au Moniteur belge.

Quelle structure dois-je envisager ?

En Belgique, les entreprises sont généralement constituées sous la forme d’un établissement, d’une société à responsabilité limitée (“Besloten Vennootschap”) ou d’une société anonyme (“Naamloze Vennootschap”).

Un établissement n’est pas une entité juridique distincte, mais une simple extension d’une société étrangère. Étant donné que l’établissement n’a pas de personnalité juridique, il n’y a pas de responsabilité limitée pour les activités belges. Les bénéfices belges d’un établissement sont soumis à l’impôt sur les sociétés.

Les sociétés à responsabilité limitée sont destinées à servir de structure par défaut pour tous les types de petites et moyennes entreprises. Ses actions ne sont pas facilement négociables puisque les nouveaux actionnaires doivent être acceptés par l’assemblée générale, sauf si les statuts en disposent autrement. La société à responsabilité limitée est gérée par un ou plusieurs administrateurs (personnes physiques ou morales), qui ne sont pas nécessairement des résidents belges.

En résumé, la société à responsabilité limitée peut être considérée comme une structure d’entreprise par défaut et très flexible. Il convient toutefois de noter que des règles strictes s’appliquent aux distributions (telles que les distributions de dividendes, le rachat d’actions, etc. Un test d’actifs et un test de liquidité doivent être effectués sous la responsabilité du conseil d’administration.

Les sociétés anonymes sont souvent utilisées pour les grandes entreprises et/ou les sociétés cotées en bourse. Elle est fondée par au moins un membre (individu ou entreprise). Il nécessite un capital de départ minimum de 61 500 EUR. Elle est dirigée par un ou plusieurs administrateurs (personne physique ou morale). Compte tenu du capital minimum de départ, des règles moins strictes s’appliquent aux distributions, à l’exception du test de l’actif. Cela peut inciter les petites entreprises à se constituer en société anonyme plutôt qu’en société à responsabilité limitée.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?
Localisation :

Bruxelles, Anvers et Gand peuvent être des régions attrayantes pour l’implantation de votre entreprise, compte tenu de leur accessibilité (proximité de l’aéroport national, de ports maritimes importants et d’axes routiers importants). Liège peut également être intéressante pour les entreprises de logistique ou les boutiques en ligne, car elle dispose d’un grand aéroport de fret à proximité.

Paie et RH :

Les employeurs sont tenus de payer des cotisations de sécurité sociale pour leurs employés, à hauteur de 24,92 % en 2021. Les cotisations salariales s’élèvent à 13,07 %. L’employeur est tenu de transférer les cotisations patronales et salariales à l’administration de la sécurité sociale.

L’employeur est également tenu d’appliquer une retenue à la source sur le salaire de l’employé (y compris les avantages en nature). Les rémunérations et avantages en nature (par exemple, les options sur actions ou les options sur actions restreintes) attribués par une société du groupe non résidente à un employé d’une société du groupe belge sont réputés être attribués par ladite société du groupe belge. La société belge du groupe est donc tenue d’appliquer le précompte mobilier.

Impôt sur les sociétés :

Le taux normal de l’impôt sur les sociétés en Belgique est de 25 %. Un taux réduit de 20 % s’applique à une première part des bénéfices s’élevant à 100 000,00 EUR. Le taux réduit est soumis aux conditions suivantes :

– Être une PME (ne pas dépasser plus d’un des seuils suivants sur une base consolidée : 9 millions d’euros de chiffre d’affaires, 4,5 millions d’euros de total de bilan, 50 employés).
– Pas d’immobilisations financières supérieures à 50 % du capital libéré + réserves taxées.
– Aucun actionnaire de la société ne dépasse ou n’égale 50 %.
– Attribution d’un salaire brut de 45 000 EUR à au moins un cadre (ou d’un salaire égal à la base imposable s’il est inférieur à 45 000 EUR).

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?
Déduction pour revenus d’innovation :

Une déduction attrayante du revenu d’innovation s’applique au revenu des développements internes de brevets, de programmes informatiques et de droits d’obtenteur, entre autres.

85 % du revenu net d’innovation admissible peuvent être déduits de l’assiette de l’impôt sur les sociétés.

La déduction pour innovation non utilisée peut être reportée indéfiniment à partir de 2018. Le report est limité à 70 % du revenu imposable dépassant 1 million d’euros.

Régime de détention :

La Belgique est particulièrement intéressante pour l’implantation d’une société holding en raison de la possibilité de déduire les charges d’intérêts, dans certaines limites (y compris les charges d’intérêts notionnels), combinée à une déduction conditionnelle de 100 % pour les dividendes perçus et à une exonération fiscale conditionnelle pour les plus-values réalisées sur les actions.

Nos entreprises en Belgique
Voir le guide de la TVA
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

Luxembourg new firm

Un cabinet luxembourgeois rejoint le réseau Kreston Global

Kreston Global a accueilli aujourd’hui le cabinet luxembourgeois Global Osiris Audit & Expertise au sein du réseau Kreston Global.

resurrecting a dissolved company

Ressusciter une société dissoute

La reprise d’une entreprise dissoute soulève plusieurs questions complexes, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

James Hopkirk, associé en charge de la restructuration chez Kreston Reeves, propose un examen détaillé de ces défis dans son article pour AAT Magazine.

S’installer et investir en Andorre webinaire

Kreston Iberaudit organise un webinaire sur l’installation et l’investissement en Andorre le 22 février 2024 à 11h00 (heure du Royaume-Uni).