Notre réseau mondial

Faire des affaires en Israël

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

Au moins 11 jours – Ce délai varie en fonction de la taille de l’entreprise, des documents nécessaires et du type d’entreprise.

Il faut compter environ 2 jours pour obtenir les documents d’enregistrement de la société certifiés par un avocat, environ 2 jours pour les déposer au registre des sociétés du ministère de la justice et environ 7 jours pour s’inscrire aux impôts et à la TVA auprès du ministère des finances, du département de l’impôt sur le revenu et de l’institut national d’assurance.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Cela dépend de l’ampleur du projet.

Il convient de noter que les frais d’inscription s’élèvent à 2 645 NIS pour la version papier et à 2 176 NIS pour la version en ligne. La certification des documents par un avocat coûte au minimum 1 862 NIS + TVA.

Comment puis-je obtenir un financement ?

Les projets peuvent être financés par des investisseurs/prêts, des investisseurs en capital-risque, des investisseurs providentiels. Les subventions publiques sont également (rarement) possibles.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

Les documents de certification de l’entreprise suivants doivent être certifiés par un avocat :

– Demande d’enregistrement de la société.
– Déclaration du (des) premier(s) administrateur(s) sur sa (leur) compétence à exercer ses (leurs) fonctions.
– Signatures initiales des actionnaires sur les statuts. Les statuts initiaux de la société doivent être signés par les premiers actionnaires et leur signature doit être authentifiée par un avocat.

Option 1 : Société privée/publique (locale)

– Doit s’inscrire au registre des sociétés.

– La mention “Ltd.” ou “limited” doit figurer dans les documents si la responsabilité des membres est limitée. Une société publique est tenue de publier un rapport annuel comprenant les états financiers vérifiés et le rapport des administrateurs, qui doivent tous être déposés au registre des sociétés, où ils sont mis à la disposition du public.

Option 2 : société étrangère (succursale)

– Une société constituée à l’étranger peut établir une succursale ou un bureau local en Israël à condition d’être enregistrée en tant que société étrangère auprès du registre des sociétés dans le mois qui suit sa création. Pour s’enregistrer, une société étrangère doit soumettre tous les documents nécessaires au Registre des sociétés. La publication des états financiers d’une société privée n’est pas obligatoire.

Quelle structure dois-je envisager ?
Établissement (une succursale de votre entreprise à l’étranger) :

– Il ne s’agit pas d’une entité juridique distincte, mais d’une extension de la société mère à l’étranger.
– Pas de responsabilité limitée ni de cloisonnement des opérations en Israël.
– S’ils disposent d’un établissement stable en Israël, les bénéfices de cet établissement stable sont soumis à l’impôt israélien sur les sociétés, sous réserve des conventions conclues entre les pays.

Société anonyme :

– La responsabilité limitée et le cloisonnement des opérations sont assurés sur le site [Israel].
– Donne l’impression d’une entreprise locale avec une certaine longévité.
– L’impôt sur les sociétés doit être payé sur les bénéfices de l’entreprise.
– Déclaration aux autorités fiscales (sous réserve d’un audit par l’expert-comptable).
– Chaque entreprise doit déposer, chaque année, une déclaration d’impôt vérifiée par un expert-comptable israélien.

Partenariat à responsabilité limitée :

– Les membres (associés) ont une responsabilité limitée
– Les bénéfices sont attribués aux membres qui paient alors l’impôt sur le revenu sur ces bénéfices à titre personnel
– La résidence fiscale de l’associé et l’origine des bénéfices de la LLP déterminent dans quelle juridiction et comment ces bénéfices sont imposés, sous réserve des conventions conclues entre les pays.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?
Rapports fiscaux/réglementaires :

– Doit s’enregistrer auprès de l’autorité fiscale israélienne en utilisant le formulaire 4436.
– Impôt sur les sociétés de 23 %.
– TVA de 17
– La TVA payée en Israël est déductible
– Eilat est une zone franche d’impôt
– Les biens/services exportés d’Israël sont exonérés d’impôts.
– Impôts supplémentaires sur l’emploi et la sécurité sociale
– Régime de pension
– Les provisions de l’assurance pension sont prélevées en partie sur le salaire de l’employeur (6,5 %) et en partie sur celui de l’employé (6 %).
– De nombreuses entreprises considèrent les plans d’options sur actions comme un moyen important d’attirer, de motiver et de retenir le personnel clé. Israël dispose d’un certain nombre de plans d’options sur actions “approuvés” qui offrent des avantages fiscaux aux employés et aux employeurs. Il est souvent possible d’adapter un plan d’options sur actions à l’étranger pour qu’il corresponde à l’un de ces plans “approuvés”. Toutefois, il s’agit d’un domaine techniquement très complexe et une planification minutieuse doit être entreprise dès que l’on envisage de mettre en œuvre des plans d’options d’achat d’actions en Israël.

Israël dispose d’une gamme très complète d’options de rémunération et d’avantages sociaux que les entreprises peuvent offrir à leurs employés. Les pensions, l’assurance médicale privée, l’assurance vie et l’assurance invalidité sont aujourd’hui des avantages courants offerts par de nombreuses entreprises israéliennes à leur personnel. Les formules d’avantages flexibles gagnent également en popularité, offrant aux salariés des options sur la manière dont ils souhaitent “dépenser” leur allocation d’avantages, ce qui peut aller de l'”achat” de vacances supplémentaires à l’obtention d’une couverture médicale familiale complète. Toutes les prestations sont imposées.

Nos entreprises en Israël
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

Le groupe Kreston NBB Saudi annonce la mise en place de Kreston NBB Cluster Advisory

Kreston NBB Saudi Group a annoncé aujourd’hui la création d’une nouvelle organisation de conseil, Kreston NBB Cluster Advisor.

Faire des affaires au Moyen-Orient

Depuis que le premier cabinet membre a rejoint la Turquie en 1996, Kreston Global Middle East est en pleine expansion et innovation. Lisez notre dernier magazine sur la façon de faire des affaires dans la région.

Mise à jour de l’impôt sur les sociétés aux Émirats arabes unis

Surandar Jesrani, de MMJS consulting à Dubaï, fait part au magazine eprivateclient de ses réflexions sur les implications de la mise à jour de l’impôt sur les sociétés aux Émirats arabes unis.