Notre réseau mondial

Faire des affaires en Koweït

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

15-30 jours.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Tout dépend de l’ampleur du projet, mais vous pouvez créer une entreprise artisanale à partir de 1 000 KD et une entreprise à partir de 7 500 KD*.

*(Taux de change entre 1 K.D. et USD : chaque dinar vaut environ 3,4 USD).

Comment puis-je obtenir un financement ?

L’investisseur doit apporter la totalité du capital. Une fois que l’investisseur s’est vu attribuer un projet par le gouvernement ou le secteur privé, il peut lever des fonds auprès de banques et d’institutions financières locales ou étrangères.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?

Les moyens suivants montrent comment une personne ou une entité étrangère peut exercer des activités commerciales au Koweït :

  1. Création d’une entreprise
  2. Mise en œuvre d’un accord d’entreprise commune
  3. désigner un agent commercial koweïtien, ou
  4. Désigner un représentant commercial.
Première option :

La société unipersonnelle est la forme la plus simple d’entité commerciale. Dans le cas d’une entreprise individuelle, une seule personne est responsable de tous les bénéfices et de toutes les dettes de l’entreprise.

Deuxième option :

Les personnes physiques et morales étrangères peuvent créer une société à responsabilité limitée (Limited Liability Company WLL). De plus, un Koweïtien doit détenir au moins 51 % des actions de WLL.

Troisième option :

Une société anonyme koweïtienne fermée (KSC Closed) est le type de société ouvert aux entités non koweïtiennes, avec un partenaire koweïtien détenant 51 % des actions.

Quelle structure dois-je envisager ?
Types d’entités

La nouvelle loi sur les sociétés de 2016 définit les types d’entités suivants :

1. Société à responsabilité limitée (W.L.L)
  • Les personnes physiques et/ou morales étrangères peuvent créer ce type d’entité.
  • Une personne physique et/ou morale koweïtienne doit détenir au moins 51 % de la société à responsabilité limitée.
  • Le formulaire est simple à remplir et il faut environ 30 jours pour l’incorporer.
  • Protège l’associé individuel de l’impôt koweïtien sur les sociétés.
  • L’impôt sur les sociétés ne s’applique qu’aux sociétés non koweïtiennes ou à leurs succursales.
  • Pas de restriction sur la distribution des bénéfices, la réserve légale réduit de 10% les bénéfices jusqu’à ce qu’elle atteigne 50% du capital.
2. Établissement (une succursale de la société pour les activités à l’étranger)
  • Nécessite le parrainage d’un agent enregistré au Koweït.
  • Il ne s’agit pas d’une entité juridique distincte, mais d’une extension de la société mère à l’étranger.
  • L’établissement permanent (6 mois d’activité au Koweït) paiera l’impôt sur les sociétés du Koweït sur les bénéfices.
3. Une entreprise commune
  • L’entreprise commune est un contrat simple qui ne nécessite pas de processus d’établissement formel.
  • offrir aux parties une plus grande souplesse dans leurs arrangements que la création d’une société.
  • Plus courant dans le cadre d’un projet spécifique dont la durée est limitée.
4. Société par actions fermée (KSC)
  • Ouvert aux entités non koweïtiennes.
  • Les personnes physiques et/ou morales étrangères peuvent détenir 49 % du capital social d’une CCCS après avoir obtenu l’approbation des autorités concernées.
  • La constitution en société peut prendre entre 30 et 60 jours.
5. Loi sur les investissements directs étrangers n° 116 de 2013.
  • Une société koweïtienne constituée avec des actionnaires étrangers peut détenir jusqu’à 100 % du capital.
  • Une succursale d’une société étrangère.
  • Un bureau de représentation pour réaliser des études et des enquêtes.
Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?

Le meilleur endroit est la ville de Koweït.

Législation du travail

Le ministère des affaires sociales et du travail applique la loi n° 6 de 2010, qui établit une législation détaillée sur les conditions d’emploi, y compris les heures de travail, les congés, la cessation d’emploi et la sécurité sur le lieu de travail pour le secteur privé.

Paie au Koweït
Impôt sur le revenu des personnes physiques

Les salariés ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu au Koweït. Il existe un système de sécurité sociale pour les citoyens du Koweït, pour lequel les employés doivent payer 10,5 % de leur salaire mensuel et les employeurs 11,5 %. L’objectif du système est de fournir des pensions et des allocations en cas d’invalidité, de maladie, de décès et de retraite.

RH au Koweït

La semaine de travail au Koweït est de 48 heures maximum, à raison de 8 heures par jour sur une semaine de 6 jours. Les heures d’ouverture sont généralement comprises entre 8 et 17 heures.

Après neuf mois de service, les employés ont droit à 30 jours de congé annuel. En cas de résiliation du contrat, les employés ont le droit d’être payés pour les congés accumulés non pris. Le Koweït compte également 13 jours fériés nationaux, durant lesquels les employés ne sont pas censés travailler.

Sur présentation d’un certificat médical, les employées enceintes peuvent prendre 30 jours de congé de maternité rémunéré avant la date prévue de l’accouchement et 40 jours après l’accouchement.

Au Koweït, les employés ont droit à un congé de maladie à condition de fournir un rapport médical. Il s’agit d’une période pouvant aller jusqu’à 75 jours ; les 15 premiers jours sont entièrement rémunérés, puis 10 jours à 75 %, 10 jours à 50 %, 10 jours à 25 % et les 30 derniers jours sans aucune rémunération.

La période d’essai ne peut excéder 100 jours, au cours desquels chaque partie peut mettre fin au contrat sans préavis. Si l’une des parties souhaite mettre fin au contrat après la période d’essai, elle doit donner un préavis d’au moins trois mois et verser à l’autre partie une indemnité de rupture. Le montant dépend de l’ancienneté de l’employé et du fait qu’il perçoive un salaire ou un taux horaire.

Fiscalité/réglementation et rapports
Impôt sur les sociétés (IS)

Les entreprises appartenant au Koweït et à d’autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont exonérées d’impôts au Koweït. Les entreprises étrangères sont soumises à l’impôt sur le revenu pour tous les bénéfices et les gains en capital obtenus au Koweït. Le CIT est un taux forfaitaire de 15 %.

Les plus-values ne sont pas imposées séparément. Ils sont inclus dans le revenu de l’entreprise. Les plus-values ne sont estimées pour les actifs immobilisés qu’en cas de présentation de documents insuffisants.

Les pertes peuvent être reportées sur une période maximale de trois ans. La déclaration fiscale de chaque période imposable doit être déposée dans les trois mois et demi suivant la fin de la période imposable. Il est possible de demander une prolongation jusqu’à 60 jours pour le dépôt de la déclaration d’impôt. L’octroi d’une prolongation est laissé à la discrétion du directeur de l’impôt sur le revenu.

Les taxes doivent être payées en quatre versements égaux. Si un délai supplémentaire est accordé, la taxe doit être payée intégralement au moment du dépôt de la déclaration fiscale. Il est possible de déposer une déclaration d’impôt révisée pour corriger une erreur, à condition que la déclaration d’impôt initiale ait été déposée avant la date d’échéance et qu’un avis d’imposition n’ait pas été émis pour l’année en question. Cependant, il y aura des amendes de retard en raison de la révision de la déclaration.

Dans certaines circonstances, le service des impôts a le droit d’évaluer l’impôt sur la base d’un bénéfice présumé.

Le paiement final à l’entrepreneur ou au sous-traitant doit être retenu jusqu’à ce que l’entrepreneur ou le sous-traitant règle ses dettes fiscales et obtienne un certificat à cet égard de la part du service des impôts. Le paiement final retenu ne doit pas être inférieur à 5 % du montant total du contrat. Dans la pratique, les entrepreneurs retiennent 5 % de tous les paiements effectués. Les paiements aux sous-traitants seront refusés en tant que coût si les retenues de 5% ne sont pas retenues.

Les bénéfices réalisés dans la zone neutre sont imposés à des taux différents de ceux des opérations menées dans l’État du Koweït.

En général, l’enregistrement auprès du service des impôts exige qu’une demande d’enregistrement soit remplie, signée et soumise, accompagnée de plusieurs documents tels que

  • Les statuts et leurs modifications éventuelles.
  • Le contrat d’agence
  • Le certificat d’enregistrement de l’agence
  • Les adresses de l’entreprise dans l’État du Koweït et à l’étranger
  • L’attestation d’exemption
  • Une lettre d’autorisation dûment signée par un signataire autorisé de l’entreprise.

* En outre, l’entreprise peut obtenir une carte d’imposition en déposant une demande d’enregistrement de carte d’imposition et en soumettant les documents suivants :

  • Les statuts et leurs modifications éventuelles.
  • Le contrat d’agence
Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Le Koweït possède une économie libre dynamique, dont une part importante des revenus provient des exportations de pétrole et de gaz.

Depuis le milieu et la fin des années 2010, le Koweït a lancé un plan de développement national pour diversifier l’économie. Le plan vise à transformer le Koweït en un centre financier de premier plan et à le positionner comme un centre mondial pour l’industrie pétrochimique. En conséquence, le marché des infrastructures du Koweït est entré dans une nouvelle phase de croissance. Pendant deux ans, le Koweït a été le pays de la région qui a le plus dépensé pour des mégaprojets pétroliers et gaziers. Le Koweït est actuellement l’un des plus grands marchés d’infrastructures de la région. Le Koweït est le troisième marché de la région en termes de taille du pipeline de projets.

Le Koweït dispose d’un important secteur de gestion de patrimoine qui se distingue dans la région. Les sociétés d’investissement koweïtiennes administrent plus d’actifs que celles de n’importe quel autre pays du CCG, à l’exception de l’Arabie saoudite, beaucoup plus grande. Le Centre financier du Koweït, dans un calcul approximatif, a estimé que les entreprises koweïtiennes représentaient plus d’un tiers du total des actifs gérés dans le CCG.

Nos entreprises en Koweït
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

Le groupe Kreston NBB Saudi annonce la mise en place de Kreston NBB Cluster Advisory

Kreston NBB Saudi Group a annoncé aujourd’hui la création d’une nouvelle organisation de conseil, Kreston NBB Cluster Advisor.

Faire des affaires au Moyen-Orient

Depuis que le premier cabinet membre a rejoint la Turquie en 1996, Kreston Global Middle East est en pleine expansion et innovation. Lisez notre dernier magazine sur la façon de faire des affaires dans la région.

Mise à jour de l’impôt sur les sociétés aux Émirats arabes unis

Surandar Jesrani, de MMJS consulting à Dubaï, fait part au magazine eprivateclient de ses réflexions sur les implications de la mise à jour de l’impôt sur les sociétés aux Émirats arabes unis.