Notre réseau mondial

Faire des affaires en Japon

En combien de temps puis-je créer une entreprise ?

Les procédures de création d’une société ou d’une succursale au Japon sont complexes et doivent être menées en langue japonaise. Il faut généralement compter trois mois.

Quel est l'investissement minimum requis ?

Cela dépend de l’ampleur de vos projets.

Comment puis-je obtenir un financement ?
Financement direct :

lever des fonds auprès d’investisseurs en émettant des actions et des obligations

Financement indirect :

lever des fonds en empruntant auprès d’institutions financières, etc.

Quelles sont les obligations légales pour créer mon entreprise ?
Bureau de représentation :

Établir un lieu pour mener des activités préparatoires et complémentaires afin que les entreprises étrangères puissent s’engager dans des opérations commerciales à grande échelle au Japon.

Succursale :

Il s’agit de l’option la plus facile pour une entreprise étrangère de s’établir au Japon pour y exercer des activités commerciales. Vous pouvez commencer à exercer votre activité en vous assurant d’un lieu d’activité en tant que succursale, en nommant un représentant de la succursale et en enregistrant les informations nécessaires.

Filiale :

Lors de la création de la filiale, vous pouvez choisir le type de société, par exemple une société par actions (Kabushiki Kaisha (“KK”)), une société à responsabilité limitée (Godo Kaisha (“GK”)) ou une entité similaire en vertu de la loi japonaise sur les sociétés.

Vous pouvez créer tous les types de société en accomplissant les procédures requises par la loi japonaise et en enregistrant la société.

Quelle structure dois-je envisager ?

Toutes présentent des avantages et des inconvénients, et il n’y a pas de réponse unique, tout dépend de la situation et des besoins spécifiques de votre entreprise. Un bref aperçu de la structure principale est présenté ci-dessous :

Bureau de représentation :

– Le bureau de représentation peut exercer des activités telles que l’étude de marché, la collecte d’informations, l’achat de biens et la publicité, mais il ne peut pas exercer d’activités de vente directe.
– Il n’est pas nécessaire d’enregistrer l’établissement d’un bureau de représentation.
– Il n’est pas nécessaire de notifier les bureaux fiscaux, car les bureaux de représentation n’exercent pas d’activités commerciales au Japon et ne sont donc pas assujettis à l’impôt sur les sociétés, à l’exception de certaines institutions financières.
– Il n’est généralement pas possible d’ouvrir un compte bancaire ou de louer un bien immobilier au nom d’un bureau de représentation. Par conséquent, une personne telle que le siège social d’une entreprise étrangère ou un représentant du bureau de représentation doit signer ces contrats en tant qu’agent.

Succursale :

– Il ne s’agit pas d’une entité juridique distincte, mais d’une extension de la société d’outre-mer.
– Le siège de l’entreprise étrangère est responsable en dernier ressort de toutes les dettes et de tous les crédits générés par les activités de sa succursale japonaise.
– Si vous êtes considéré comme ayant un établissement permanent au Japon, les bénéfices de la succursale sont soumis à l’impôt japonais sur les sociétés.
– Ne sont pas tenus de déposer les comptes de la société mère, mais doivent rendre compte de la situation financière de la société elle-même.
– Doit enregistrer les informations nécessaires, telles qu’un représentant résidant au Japon et une adresse commerciale au Japon, auprès du Bureau des affaires juridiques.

Filiale :

– Responsabilité limitée pour les activités japonaises
– Donne l’impression d’une entreprise locale avec une certaine longévité.
– Il faut choisir un type de société pour établir une filiale au Japon : société par actions (Kabushiki Kaisha (“KK”)), qui est le type de société le plus courant, société à responsabilité limitée (Godo Kaisha (“GK”)), qui n’est pas une entité de transfert à des fins fiscales au Japon, contrairement à la LLC américaine, ou toute autre entité similaire reconnue par la loi japonaise sur les sociétés.
– L’impôt national sur les sociétés doit être payé sur les bénéfices de l’entreprise ainsi que sur sa taille.
– Doit enregistrer les informations nécessaires, telles qu’un représentant et une adresse commerciale au Japon, auprès du Bureau des affaires juridiques.
– La société KK est tenue de publier ses comptes et la réaffectation de ses administrateurs, ce qui n’est pas le cas de la société GK.
– Les comptes doivent faire l’objet d’un audit si la société est cotée en bourse ou si l’entité est considérée comme une grande société dont le capital social dépasse 500 millions de yens ou dont le passif total dépasse 20 milliards de yens, etc.

Quels conseils pouvez-vous me donner en ce qui concerne les exigences en matière de paie et de fiscalité ?
Charge fiscale :

– Les impôts prélevés au Japon sur le revenu imposable d’une entreprise comprennent l’impôt sur les sociétés (impôt national), l’impôt local sur les sociétés (impôt national), l’impôt sur les habitants des sociétés (impôt local), l’impôt sur les entreprises (impôt local) et l’impôt spécial sur les entreprises (impôt national). Les entreprises dont le capital libéré est supérieur à 100 millions de yens sont soumises à l’impôt sur les sociétés sur une base pro forma en fonction du revenu, de la valeur ajoutée et du capital.
– Les taux d’imposition effectifs (sur la base des taux d’imposition standard) des grandes entreprises (entreprises dont le capital versé est supérieur à 100 millions de yens) sont de 29,74 % en 2021.
– Le taux d’imposition de la grande entreprise est de 23,20 %.
– Les pertes fiscales nettes inférieures aux revenus de chaque exercice sont reportées sur les dix années suivantes. Dans le cas où une société a un capital libéré supérieur à 100 millions JPY ou est une filiale à 100 % d’une grande société ayant un capital libéré d’au moins 500 millions JPY, y compris les sociétés étrangères, le montant de la perte fiscale qui peut être déduit du revenu ne peut pas dépasser 50 % du revenu.

Taxe sur la consommation :

– La taxe à la consommation, similaire à la taxe sur la valeur ajoutée en Europe, s’applique à la plupart des transactions portant sur des biens et des services consommés/rendus au Japon et sur des biens importés au Japon.
– Le taux actuel de la taxe sur la consommation est de 10 %. Le taux d’imposition réduit de 8 % s’appliquera aux ventes d’aliments et de boissons, à l’exception des boissons alcoolisées et des repas pris à l’extérieur.
– Les transactions financières, les transactions en capital et certaines transactions dans les domaines des soins médicaux, de l’éducation et de l’aide sociale sont considérées comme non imposables. Les opérations d’exportation et les opérations assimilées à l’exportation sont exonérées de la taxe à la consommation.

Taxation des prix de transfert :

– Le Japon applique les règles internationalement reconnues en matière de prix de transfert, en vertu desquelles les transactions commerciales et financières transfrontalières entre entités affiliées doivent être effectuées dans des conditions de pleine concurrence. Le prix et les conditions doivent être les mêmes que si les transactions avaient eu lieu entre des parties totalement indépendantes.
– Les sociétés appartenant à certains groupes d’entreprises multinationales doivent soumettre un rapport prescrit pour l’exercice fiscal de leur société mère ultime commençant le 1er avril 2016 ou après cette date.
– Les règles japonaises en matière de documentation TP sont fondamentalement conformes à l’action 13 du projet BEPS (Base Erosion and Profit Shifting – Érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfices) de l’OCDE.

Impôt sur le revenu des personnes physiques :
Résident :

– Les résidents sont ceux qui ont un domicile au Japon et ceux qui vivent au Japon depuis plus d’un an. Les revenus mondiaux des résidents sont soumis à l’impôt sur le revenu, quelle que soit la source de leurs revenus.
– Le revenu imposable d’une personne est essentiellement son revenu brut moins ses différentes déductions. Il existe un certain nombre de crédits d’impôt à valoir sur l’impôt sur le revenu.
– Le montant de l’impôt individuel est calculé en multipliant le revenu imposable par le taux d’imposition progressif de 5 % à 45 %.

Non-résident :

– Une personne qui n’a pas la qualité de résident est appelée non-résident. L’impôt japonais sur le revenu des non-résidents est calculé sur la base des revenus provenant de sources situées au Japon. Actuellement, l’imposition des non-résidents n’est généralement complétée que par des procédures de retenue à la source.
– Le revenu imposable est calculé à l’intérieur de la fourchette de revenus fixée pour chaque catégorie.

Le système de sécurité sociale japonais :

– À quelques exceptions près, les employeurs et les employés doivent cotiser à des programmes d’assurance sociale et d’assurance du travail.
– L’assurance sociale comprend l’assurance maladie, l’assurance dépendance et l’assurance pension. L’assurance du travail comprend l’assurance-emploi et l’assurance contre les accidents du travail.
– L’entreprise paie généralement les primes d’assurance en déduisant de leur salaire la part des primes payables par les employés et en les versant, avec la part des primes payables par l’entreprise, aux autorités compétentes.

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

La vigueur de l’économie japonaise est due à sa sophistication économique et à ses politiques favorables aux entreprises. Le Japon est la troisième économie mondiale et la plus complexe selon l’indice de complexité économique. Les principales industries du pays sont l’automobile, la fabrication de pièces automobiles, les équipements électroniques, les machines-outils, les produits chimiques, les textiles et les produits alimentaires transformés. Les principales destinations des exportations japonaises sont la Chine, les États-Unis, la Corée du Sud, Taïwan et Hong Kong, ce qui permet au pays d’entretenir des liens économiques étroits avec ses voisins de la région Asie-Pacifique. Le rapport sur la compétitivité mondiale de 2019 classe le Japon au sixième rang des pays les plus compétitifs au monde, citant la sophistication des entreprises du pays, la qualité des fournisseurs locaux et les contrôles rigoureux de la distribution internationale comme quelques-unes de ses caractéristiques commerciales les plus remarquables. Parmi les 500 entreprises du classement Fortune Global, 53 ont leur siège au Japon (Source – 2020 JETRO). Les Jeux olympiques et paralympiques d’été se tiendront à Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021 et du 24 août au 5 septembre 2021, respectivement.

Nos entreprises en Japon
Comment Kreston peut-il développer votre entreprise ?
Sélectionnez votre type d'entreprise :

Dernières nouvelles

Kreston Thailand

Un nouveau cabinet thaïlandais rejoint le réseau Kreston Global

Kreston Global a accueilli aujourd’hui le cabinet thaïlandais Kreston Thailand, fondé par Bayani Lauraya et Somsirin Phusanti, au sein du réseau Kreston Global.

Guide pour la création d’une entreprise en Australie

Dans ce guide sur la création d’une entreprise en Australie, McLean Delmo Bentleys offre des conseils d’experts sur la création d’une entreprise, le respect des réglementations locales et la compréhension des obligations en matière de rapports. Ces services guident les entreprises tout au long du processus de création et garantissent une entrée réussie sur le marché.

Guide pour la création d’entreprises au Cambodge

L’équipe de Kreston Cambodia a rédigé un guide sur la création d’entreprise au Cambodge. Le guide offre des informations locales sur l’enregistrement d’une entreprise au Cambodge, la réglementation fiscale cambodgienne et une liste d’accords de libre-échange.